:: Administration :: “ Raconte ton histoire ” :: Habitants :: Fiches validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hagun St John - La veuve noire

avatar
Hagun St John
Habitants - Inspecteur
Messages : 4
Date de naissance : 10/09/1982
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Sep - 14:52




Hagun St John


feat. Undertaker


Identité


Nom: St John
Prénom: Hagun
Groupe & métier: Habitants - Inspecteur
Âge: 52 ans
Nationalité: Anglo - Suédois
Date de mort: 10-06-2012
Ton sexe et orientation avant ta mort: Masculin – Gay ambivalent
Des petits détails ?: Il porte de longs ongles qu'il vernit en noir et à des piercings aux oreilles.

Personnalité & Physique


Physique :

Il possède un tatouage en couleur qui orne toute la surface de son dos, ses épaules, ses hanches, son fessier ainsi que le haut des bras et des cuisses. Ce dernier représente un rosier dont les fleurs ont les pétales bleutées. Néanmoins, si on prête attention, on apercevra des fils de soie blanchâtre parcourant ce dernier, une petite toile et discrètement blottit au cœur d’une rose, une veuve noire. C’est un individu qui a passé une partie de sa vie à cultiver son apparence androgyne. Une chevelure blanche qui tombe en bas de ses reins. Son regard a la particularité d’être d’un bleuté rare par ses reflets violacés qu'il hérita de sa grand-mère maternelle suédoise. Des hanches fines, une carrure normale, sans muscles, de longues jambes, il est l’antithèse de l’idée que les femmes peuvent se faire des hommes virils. Imberbe, il ne possède qu’un léger duvet sur le torse et les jambes. Ses lèvres sont un brin plus charnues que la normale. Il mesure un mètre quatre-vingt neuf pour soixante douze kilos. Sa peau blanche cache les cicatrices et les marques de brûlures d’esclave SM. Il passait son temps dans la chirurgie esthétique à faire disparaître les marques et cicatrices trop importantes qui auraient pu faire entravent à son métier jadis de mannequin. Quand, il prend une douche, alors que l'eau chaude coule bienfaisante sur lui, ces dernières rosissent laissant découvrir à celui qui sera à ses côtés à cet instant les champs de bataille de cette guerre intérieure qu’est sa carrière de soumis à la servitude irréprochable. A présent, il s'en moque et ne cherche même plus à faire disparaître la moindre petite cicatrice qu'il pourrait bien avoir pour une raison ou une autre. Il arbore donc une belle cicatrice qui barre son visage et une à la gorge. Dont il se moque du tier comme du quart. Il taille un trente-six et est très souvent confondu avec un jeune homme. Sa voix est rauque, très masculine et en déconcerte plus d'un quand il commence à parler. Son physique androgyne ne collant pas trop avec sa voix. Sa garde de robe ? Oh très simple : Exclusivement du noir et du blanc très chic mais confortable. St John porte des lunettes à la monture fine quasiment en permanence pour faire son job. C’est un fin gastronome et il adore cuisiner seul de la bouffe à la française. Amateur de vin et d’alcool forte, il possède une belle cave dans le domaine.

Psychologie :

L'assassin

Telle la Veuve noire tranquillement assise dans son coin, tellement docile, calme, invisible, au point que l’on oublie son existence. Pourtant quand le papillon se perdra et finira dans sa toile ; elle sera là. Elle avancera lentement, sûrement, comme la grande faucheuse. Elle sait qu’il est trop tard pour l’insecte imprudent. Elle est consciente de son impuissance. Mais bien plus que cela, elle prendra le temps de le paralyser pour s’abreuver de son fluide vital. Elle s’en pourléchera mille fois les lèvres. Elle s’en délectera à l’infini et quand il aura rendu son dernier soupir, elle le gardera comme un vulgaire trophée à sa gloire. Pourtant aveugle, elle n’a pas besoin de voir pour croire, pas besoin de regarder pour sentir les vibrations de la peur dont elle nourrit son absence de raison. La folie si douce est son Saint Graal, son sang sacré coulant lentement dans sa gorge jusqu’à sa panse pour se répandre dans tout son être. La faim rend folle la grande Veuve. Entre déraison et désaccord en accord avec sa nature noire comme les ténèbres, elle ne réfléchira même pas avant d’humer la fragrance de son compagnon comme celle d’une victime appétissante et le dévorera sans aucune autre forme de réflexion ou procès d’intention. Le deuil, elle le porte à chaque seconde qui s’écoule à l’intérieur même de ses chairs car elle est l’incarnation de la Mort...

L'esclave

Son corps ne connaît aucune limite dans le fait de subir la torture. Des pulsions naissent au fils du temps, imprégnant ses chairs devenant si sensible à ces actes de folies. Il se livre souvent - dès que l'occasion se présente - au vampirisme charnel pour assouvir ses envies qui le dévorent et mettent à mal son équilibre mental. Ce n’est pas une petite poupée fragile, on peut le frapper, le violenter, le violer, on ne verra pas pleurer, pas supplier, il restera juste là a vous regarder et attendre que vous avez fini, car la douleur, la souffrance, il les connaît par cœur.

L’homme

Défaut : narcissique, cynique, dur, pervers, manipulateur, sadique, sans gêne, « rentre dedans », manquant d’état d’âme au point qu’il peut vendre son corps comme un simple morceau de viande dans une boucherie. Tout cela pour qualifier avec une certaine justesse la façade qu’il cache jour après jour à ceux qui l'entoure.  

Qualité : il est d’une nature mélancolique, ne souriant que pour la forme, pour paraître agréable. Calme, calculateur, posé, cultivé, passionné, attentif, attentionné, de bonne compagnie, fin gastronome, intelligent, doué en langues, instinctif, sont les qualités que l'on lui prête volontiers quand on parle de lui. Il possède énormément de charmes mais a totalement oublié ce que pouvait bien dire le mot séduire.

Le cœur sur le vide et le corps aux objets perdus, sa hantise, est de finir ces jours seul. Paradoxalement, bien qu’il ait peur de l’amour, il prie secrètement pour le trouver un jour. Avoir un compagnon. Fonder un couple solide lui plairait vraiment.

L'enquêteur

Concentré. Méticuleux. L'estomac solide. Chaleureux avec ces collègues de travail. Il fait toujours preuve d'un sang froid digne d'un lézard dans les pires situations. Là où tout le monde va vomir. Lui reste sur place. Observe. Prend des notes. Et tout le reste de la planète n'existe plus. La qualité de ses analyses est reconnue par ses pères dont l'absence d'émotion devant un cadavre mutilé ou même en décomposition avancé, leur fait froid dans le dos. De sa propos expérience de tueur, de l'assassin qui a existé en lui et y sommeil profondément, il en tire toute sa science. Tout s'organise dans sa tête et défile comme un film au ralenti. En général ses collègues savent que cela ne sert à rien de lui parler quand il est dans la "contemplation" du lieu du crime. Car ils savent qu'ils n'auront aucune réponse de sa part.


Histoire


Fils d’un architecte militaire Anglais et d’un mannequin Suédois. Il marchera très tôt sur les pas de sa mère et deviendra à son tour mannequin - tout en poursuivant ses études - dans son pays de naissance la Suède où il vivra avec sa famille. Il apprendra le piano, l’équitation. Sera un élève brillant qui passera son bac avec de très bonnes mentions. Ses débuts en tant que mannequin seront prometteurs et sa beauté lui ouvrira toutes les portes. Pourtant, un soir tout basculera dans son univers paisible et heureux. Ses parents auront un grave accident sur la route du retour de vacances. Un camion, dont le chauffeur s'était endormi, percutera leur véhicule de plein fouet. Ils décéderont sur le coup. Le jeune homme se retrouvera du jour au lendemain à la tête d’un patrimoine estimé à plus de trois millions sans compter la valeur de la résidence familiale alors qu'il venait à peine d'avoir dix huit ans et qu'il se destinait à devenir avocat. De confession protestante, l’enterrement aura lieu à l’église, où il croisera le regard du nouveau pasteur qui succombera à ses charmes et l’entraînera dans une liaison ambiguë. John avait besoin de réconfort, de tendresse, et s’était abandonné à cet homme infidèle à ses vœux et son épouse. Sa femme les surprendra un jour et l'homme de foi se retournera contre lui, l'accusant de l'avoir tenté tel le serpent de la Bible, d'être un démon. Son cœur s’était brisé... Une ancienne liaison qu’il fera tout pour conserver secrète. Le décès de ses parents, ce pasteur qui l’abandonnait de la pire façon qu’il soit. Deux événements, qui accumulaient, signeront le début de sa fuite vers un but incertain.

Hagun quittera son pays natal pour immigrer en France où sa carrière touchera le fond. Laissant tomber ses rêves en chemin. Son physique n’était plus représentatif de la population et encore moins du modèle masculin à la Française. Il vivra sur son héritage pendant toute une année avant de décider de changer d’agent. Il aurait pu continuer à vivre sur son héritage, bien sûr, mais il n'arrivait à rester sans rien faire. Rien ne l'intéressait vraiment. Travailler... ne pas penser... c'est tout ce qu'il voulait réellement. C'est ainsi qu'il tombera sur le dernier des pervers qui lui fera comprendre clairement que s'il désirait travailler avec son physique, il faudrait, non seulement qu'il adopte un nouveau style plus gothique et efféminé ; mais également qu'il devrait accepter le fait de devenir un jouet charnel lors de soirées aux mœurs douteuses. À partir d'ici, il prendra les allures d'un vampire sortant tout droit d'un livre obscur. Il fardera son regard hypnotique d’ébène tout comme il en teindra ses lèvres charnues et désirables. Il laissera des griffes couleur corbeaux orner ses mains. Il se dévouait à ses partenaires d'un soir, brisant tout ce qu'il pouvait bien croire encore jusqu'à ce jour. Ce qui pouvait rester de son cœur disparu en miettes pour ne laisser qu'un gigantesque champ de ruines où pour retrouver les vestiges de ce que firent jadis ses sentiments, il aurait fallu un microscope.

Prostitué "normal" au début, son agent découvrit qu'il auto-mutilait en cachant ce qu'il se faisait aux poignets par de fins bandages. Il décida alors pour lui donner une leçon, de le vendre a des maîtres SM généreux dans le but de lui faire passer l'envie de se faire mal. Cependant, contre toutes attentes, il y montra une bonne aptitude et un côté masochiste prononcé. Ce fut ainsi qu'il prit le statut de prostitué esclave SM. Son agent prit soin de mettre des contrats en places où chaque maître devait respecter des règles bien précises en prenant Siegfried en "location". Les closes comprenaient notamment : l'interdiction d'infliger des marques dites "non effaçables" par la chirurgie esthétique, de faire des cicatrices ou marques à son visage et surtout, de trouver un prétexte officiel à la venue de l'esclave au domicile de son loueur.

Hagun n'aura pas peur des journalistes et encore moins des interviews pendant lesquels il avouera qu'il est gay et possède des préférences charnelles bien spéciales allant jusqu'à dire qu'il aimait le vampirisme charnel. Il posera d'ailleurs à la une d'un magazine, travesti en femme dans une belle tenue gothique chic. Son orientation sexuelle fut d'ailleurs fort bien accueillit par ces fans. De l'autre, son second "travail" de prostitué fut bien caché grâce à son agent et ses clients "haut de gamme" qui conservaient la plus grande discrétion.

St John devint rapidement le mannequin gothique par excellence de la capitale Française où il fut l’une des personnalités incontournables enchaînant les couvertures de magazines. Sa réputation ira jusqu’au Japon où il sera considéré comme une star à part entière. Horloge à remontoir à l’heure du numérique, il accumula une fortune conséquente sans pour autant faire de quelconque placement boursier. Il épargnera, tout simplement et investira dans l'achat de grandes propriétés. Il n’aimait pas la télévision, seulement le cinéma. Il n'aimait pas les grands magasins, seules les épiceries. Il n’aimait pas les voitures, seulement marcher. Les parties fines, auxquelles, il participait comme attraction, devenaient de plus en plus violentes. Le SM brutal dans toute sa splendeur. Cela lui plaisait, il y était devenu accro. Ils iront jusqu’à le "louer" pour le jeter en pâture à un riche Anglais dans le but de participer en tant qu’esclave à un jeu de massacre en Roumanie, le THE GAME. Dix maîtres, dix esclaves, des séances de tortures filmées sous tous les angles retransmises à partir de canaux privés sur internet à des clients privilégiés ayant mis le prix pour cela. Le couple maître / esclave, qui gagnerait, serait celui que le public élirait sur la base de la qualité de la pratique SM du maître et de la résistance de l'esclave. La police savait, les politiques savaient, mais personne ne disait rien, car c'étaient les plus hauts gradés qui furent arrosés pour se taire.

Il y passera un mois... dont deux semaines dans une clinique privée pour cacher toutes les marques que les sévices que son "loueur" lui avaient infligées, avec son autorisation. Il aura fait gagner son bourreau haut la main. Pouvait-on piétiner des miettes ? Oui, il avait eu le malheur d’avoir des sentiments ambigus pour ce noble anglais qu’il ne revit jamais. Qu'avait-il eu à y gagner ? Simplement la coquette somme de deux cents mille euros, les frais de chirurgies à la charge de son locataire temporaire, ainsi que la garantit d'avoir de la clientèle de prestige pour son métier de mannequin pendant trois ans. Une chose qui à ses yeux ne se refusait pas.

Suite à cela, un désir morbide de violence l’habitera tel un besoin vital comparable à celui de respirer. Il courra de maître en maître pour assouvir ses envies, sans réussir à mettre une fin à sa soif démesurée. Plus, beaucoup plus, encore plus, ne surtout pas s’arrêter, c’était tellement bon… Une fois que l’on s’engouffrait dans ce genre d’obsession aucun retour n’était possible. Son ambition profession monta également, ne regardant même plus avec qui, il couchait pour obtenir enfin ce qu’il voulait : défiler chez les plus grands couturiers.  

Cependant ces envies de violences furent à doubles sens, même s’il ne se l’avoua pas tout de suite. Il devint maître SM à son tour mais avait difficile d’attirer à lui, la catégorie d’homme qu’il aurait aimer obtenir. Cela sera en divaguant dans les rues de la cité parisienne la nuit, qu’il commettra son premier meurtre, en donnant un rapide coup de scalpel au bas ventre à un homme qui ne lui plaisait pas et qui se fit, malheureusement pour lui, un peu trop insistant. Par pur cynisme, il ira jusqu’à prendre son portable et le donner à sa victime pour qu’elle appelle elle-même les secours en sachant pertinemment qu’il serait mort avant que la SAMU n’arrive sur place. Pourtant, cet assassinat sommaire ne sera pas le véritable début de sa carrière criminelle. C’est lors d’un voyage en Amérique pour se reposer qu’il plongera pour de bon dans ses désirs les plus morbides en se travestissant en femme avec brio. A chaque nouveau cadavre, il perfectionnait son art, jusqu’à réussir l’horreur la plus totale. Dix-huit victimes pour un homme totalement anonyme de la justice, aucun PV, aucun casier. Un homme qui était sous les feux de la rampe pour sa carrière. Un homme au-dessus de tous soupçons.

La veuve noire a peine arrivée sur le territoire américain changea de style du tout au tout. L’araignée n’était pas folle, et a su faire tisser sa toile. Son subconscient imaginait déjà comment réaliser ces meurtres. Hagun aimait depuis un moment se travestir en femme, et possédait l’art de leur ressembler tellement bien qu’aucun homme n’aurait vu la différence avant de l’avoir mis à nu. Il prit des photos anciennes de lui travesti. Des clichés justes somptueux d’une créature au regard bleu azur moulait dans de grandes combinaisons de cuir moulantes avec une fausse poitrine. Car oui, il mettait des lentilles pour cacher le bleu violacé si rare de ses prunelles parfois. Là tout s’enchaînera. Il se vêtira classiquement, mettra une capuche pour camoufler sa chevelure qui ne pouvait pas passer inaperçu. Les cybercafés des lieux où fourmillent des centaines de joueurs de jeux vidéo en réseaux, mais aussi St John, qui mettra une annonce sur un site payant de rencontre pour esclave et maître SM. Il postera ses plus belles photos, se fera passer pour une maîtresse pour esclave exigeant, assurant la discrétion.

La discrétion était au rendez-vous, il avait loué sous un faux nom, un petit entrepôt isolé et chauffé qu’il aménagea à ses goûts. Les proies étaient satisfaites, heureuses de pouvoir passer inaperçues. Sa réputation tourna rapidement, des commentaires élogieux sur ses pratiques venaient orner son annonce. Il restait vêtu devant eux de ses grandes tenues de cuirs bien spécifique aux pratiques fétichistes et sadomasochiste, qui possédait une braguette pour ouvrir exclusivement l’entre-jambe. Il les conservait attachés pour coucher avec eux et ne pratiquait que la sodomie pour qu’ils ne se rendent compte de rien sur sa vraie naturelle sexuelle. Puis, le premier meurtre arriva. Les scalpels quelle drôle d’idée… mais une idée qui avait un sens rattaché à son passé. L’un de ces anciens maîtres était chirurgien et adorait le torturer en se servant de divers matériaux médicaux, notamment le scalpel, tout en vantant son avantage, son tranchant, sa précision… Cet homme alla jusqu’à lui enseigner son « art » faisant de Hagun son digne successeur. Sa victime succombera à la violence aveugle que ses pulsions libèrent. Il ne prit pas la peine de se débarrasser du corps, le conservant comme un trophée qu’il plaça dans un congélateur après l’avoir dépecé avec un certain bonheur et le camoufla. Il avait franchi le cap. Son cerveau ne travailla plus qu’a l’élaboration de ces futurs meurtres. Paranoïaque du détail, méticuleux, calculateur, il perfectionnait chaque fois sa technique de torture, sa façon de tuer. Seul assouvir ses envies comptaient. Un schéma qu’il répétait dans un ordre qui représentait la perfection pour lui : faire venir à pieds sa victime jusqu’au lieu isolé, jouer avec, se faire plaisir, le torturer et l’achever. Dans une grande armoire qu’il possédait, il entassait les têtes décapités dans de grand bocaux emplies de formols alors que le restant des corps reposaient dans une chambre froide que possédait le local voisin qu’il avait également louer pour les conserver.

Tout aurait pu continuer longtemps ainsi malgré l'enquête de la police qui avait remonté au fait que toutes les personnes disparues avaient un point commun : être esclave SM. Pourtant un jour il tomba sur un flic se faisant passé pour un client, dans le but de choper des prostituées qui se planquaient sur le site d’annonces payantes sur lequel il cherchait ses proies. Le policier portait un micro sur lui pour tout enregistrer et était suivit à distance pour éviter les problèmes. Mais dès le début, ses instincts de tueur s'était mis en alerte. Un truc n'aillait pas chez cet esclave à ses yeux. Il posait trop de questions, ce n'était pas normal. Il se freina. Mis énormément d'eau dans son vin pour ne pas céder à ses pulsions. Il lui offrit une séance spéciale découverte du SM et quand tout fut fini, un constat se fait évident à ses yeux : Il était allé trop loin. Il avait faillit se faire avoir. A un cheveux. Il décida que c'était la dernière fois. Il devait mettre un terme à la danse macabre dans laquelle il s'était jeté et aller de l'avant. Changer de vie, prendre le temps d'y réfléchir. Il ne pouvait pas continuer ainsi, sinon un jour sa vie se terminerait dans une cellule de prison à vie ou pire encore : Condamné à mort. Etait ce vraiment ce qu'il désirait ? Non. Et ses rêves ? Qu'est ce qu'il en avait fait au final ? Un lourd bilan se fit.

Le bilan d'une existence gâchée... d'une vie qu'il a lui-même mise à sac pour combler toutes ses douleurs, ses blessures, sa souffrance. Mais au final, avait-il eu ne serait-ce qu'une vraie existence ? Son destin était donc de se foutre en l'air ? Non... Non cela ne pouvait pas être cela. La prise de conscience fut brutale et le força à revenir à la réalité. La réalité du monde qui l'entourait. De son passé... Il ne pourrait rien changer à ce qui s'était produit. Mais il pouvait néanmoins écrire la suite autrement. Tourner des nouvelles pages et les écrire sur une nuance d'écru propre et non salit de sang et de larmes jamais versées.  Revenir à son rêve d'adolescent et faire du droit criminel ainsi que de la psychologie pour devenir inspecteur, voir Profiler, était un bon début. La reprise de cette route dont le pont était tombé en ruine.

Il demeura aux USA, mais son envie de devenir Profiler tourna court à cause qu'ils fouillaient trop le passé des gens qui désiraient postuler à ce poste hautement convoité. Il se rabattit donc sur des études en droit criminel et entra ensuite à l'école de police pour devenir inspecteur. Il passa tous les concours haut la main. Même les épreuves physiques où beaucoup de personnes, même son instructeur, pensait qu'il allait raté cela en beauté. Numéro 1 de sa promotion, il fut affecté dans un quartier difficile de New York : le Bronx. Mais n'oublions pas de noter un certain détail très important : le fait qu'il avait changer certaine chose de son physique. Notamment il attachait ses cheveux et les teintèrent en noirs, mis des lentilles pour se faire un regard vert. Oui, il voulu faire oublié le mannequin célèbre et l'homme blindé d'argent pour être à pied d'égalité avec ses autres collègues.

Ces débuts dans la police ne furent pas simple, on le surnommait Barbie… Cependant, le surnom s'oublia dans le temps au fur et à mesure qu'il prouvait ses compétences. Ainsi que son sang froid qui avait vachement bien sortie de la merde plusieurs de ses collègues. Un partenaire lui fut attribué, Mikail. Un russe avec lequel il s'entendait très bien. Marié et père de trois enfants… il devint vite son meilleur ami. Un frère. Il lui offrit une famille par le billet de la sienne. Hagun passait son temps chez lui. Se lien d'amitié avec Eva, sa femme. Elle lui faisait la lessive et lui, lui faisait les courses. Les dimanches en « famille ». Les barbecues de fin d'après midi. Les samedis au stade avec les enfants. Les soirées d'anniversaires avec les rires qui s'envolaient vers le ciel. Un bonheur parfait. Des moments qu'il n'aurait jamais cru vivre à nouveau dans son existence. Et… le jour où tout se termina. Où tout se brisa pendant une enquête sur une série de meurtres. Viol, acte de torture, mise en scène de l'ensemble maccabre. C'était de l'assassin psychopathe basique. Du moins ce fut ce que les deux hommes avaient pensés en se lançant à sa poursuite. En enquêtant pour le mettre hors d'état de nuire. Ils se savaient proche de le coincé… et ce fut qui se firent avoir. Mikail y perdit la vie.

Il avait disparu… alors qu'il devait juste vérifier une information. Il fut retrouvé trois jours plus tard… mort. St John ne s'en remit pas. Impossible pour lui. On venait de lui voler la personne qui tenait le plus pour lui. Celui qui lui avait rendu le bonheur qu'il avait perdu. Eva encore moins… Veuve avec trois enfants… elle pleurait toutes les larmes de son corps. Totalement abattu. Les enfants pleuraient aussi. Le plus jeune ne savait même plus verser une larme. Refusant d'accepter ce qui s'était produit. Hagun lui, avait pris sa décision… Il démissionna de la police pour faire justice lui-même. Un assassin psychopathe face à un autre assassin psychopathe. La cité allait devenir son champ de bataille. Cependant, avant de se lancer dans sa danse macabre, il fit le serment à Eva de venger son époux et surtout de ne pas la laisser dans la merde. Il passa par le billet d'un notaire pour la mettre héritière de sa fortune et lui débloquer une grosse somme d'argent. Il alla jusqu'à mettre une grosse partie de ses biens immobiliers à son nom directement pour la mettre à l'abri du besoin avec certitude. Faisant de même avec les enfants.

Et un soir, seul dans sa salle de bain… il reprit son véritable visage. Lâchant sa crinière. Vernissant de noir ses ongles. Retirant ses lentilles. La Veuve noire était de retour. La traque dura tout un mois, pendant lequel la violence s'abattit sur New York comme jamais elle l'avait fait. Plusieurs meurtres et tabassage sur une même nuit. Des indicateurs. Des informateurs. Des pédophiles. Des dealers. Des macros. Des putains. Tout était bon à ses yeux pour mettre la main sur ce fils de putain. Tout. Le jour du face à face arriva et ils entre-tuèrent comme deux bêtes sauvages. Même le légiste déclara ne jamais avoir vu un pareil carnage juste pour un duel… L'affaire fut un tollé quand on apprit qui était Hagun et le pourquoi de ce qui s'était passé. Mettant sur le devant de la scène le fait de faire justice par soi même. Des gens le blâmèrent. D'autres l'approuvèrent. Eva quand à elle se tient loin des journalistes mais remerciait silencieusement Hagun d'avoir fait ce qu'il fallait.

La mort ? La Veuve noire n'y avait jamais réfléchie pour elle-même. D'ailleurs, elle pensait dans sa folie qu'il n'y avait rien après. Juste finir manger par les vers. Enfermé à pourrir dans une boite en bois… Rien d'exceptionnel. Quand il rendit son dernier souffle. Il ne ressentait rien. Plus de douleur. Plus de bruit. Les ténèbres s'ouvrant à lui sans que cela ne l'effraye. Il se retrouva à errer dans les ténèbres. Dans le vide. Un néant sans fin. Aucune lumière. Aucune souffrance. Aucun son. Flottant comme un vaisseau fantôme dans l'espace. Sans but. Au lieu d'avoir peur, il se sentait bien. Il avait accompli son devoir… et si cela était son Enfer ? Eh bien tant pis. Il referma juste les yeux et se laissa bercer par le silence et la nuit infinie.

Ce fut d'abord une lueur douce, un bleu tendre et profond à la fois qu'il perçue à travers ses paupières closes. Le sortant lentement sortir de sa léthargie. Puis un bercement, comme des petits vagues caressant son corps. Il ouvrit les yeux. Ses prunelles violacées contemplèrent un ciel étoilés. C'était superbe. Autour de lui ce n'était qu'une vaste étendue d'eau scintillante. Un tas de question se bousculèrent dans sa tête. Où était-il ? Pourquoi un lieu aussi beau alors que sa vie n'avait été que sang… jusqu'à sa dernière minute. Pouvait-on au final rêver même dans la mort ? Etait-ce un rêve d'ailleurs ? Ou pas ? Tout semblait si parfait. Si tranquille. Si paisible. Qu'il resta là, sans bouger… se laissant aller à sentir l'eau sur son corps. A admirer cette nuit magique. Puis à nouveau les ténèbres, comme s'il s'était endormi s'en sans rendre compte vraiment. Pour se réveiller pour de bon dans… une PUTAIN de fontaine en plein milieu d'une place… Ce fut le micro coma total. Il fut vite le bilan : Nu, dans une fontaine, sur une place, un mec qui attendait un brin en retrait… ouais… Il pensa qu'il avait de la chance déjà que le gars n'est pas un appareil photo sur lui… Il n'aurait plus manqué que cela au tableau.

Une fois hors de l'eau, les perles translucides coulant le long de son corps… sa longue crinière se lovant dans son dos, jusqu'à ses hanches et que l'homme qu'il ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve, le reluquait, tout en lui tendant un prospectus qu'il regarda à peine, son premier réflexe fut de le cogner sévèrement avant de partir en prenant le dépliant. Il se trouvait où là ? Il alla prendre ce qu'il lui fallait : des vêtements. Une fois bien posé, assis sur un banc, dans un parc, il fallait qu'il réfléchisse vraiment à tout ce merdier illogique. Il était mort BORDEL ! Mort avec une saloperie de grand M. Donc qu'est ce qu'il foutait ici ? Le dépliant parlait de ce monde comme d'un lieu qui accueillait les gens après être passé de vie a trépas… Ok… un paradis ? Un enfer nouvel version ? Un truc entre les deux ? Un authentique délire, oui. Bref… Une fois qu'il réussit à cerner un peu sa situation… il se mit à se poser une question encore plus importante : Mikail était-il ici lui aussi ? Il y avait de forte chance.

Ainsi il se mit à sa recherche. Vivant au jour le jour, de larcins, de prostitutions, de petits jobs. Cela dura un an… Une année où au début il caressa l'espoir de revoir celui qu'il considérait comme un frère… pour finalement, à la fin baisser les bras. Ce monde était trop vaste. Trop grand. Pour avoir la prétention de le retrouver un jour. La déception était grande. Le vide aussi. Mais finalement que pouvait-il faire de plus ? Rien. Il se décida de postuler dans la police, où il réussit à nouveau son examen d'entrée haut la main malgré le fait que son physique laissait planer le contraire dans l'esprit des autres. Il se prit un appartement. Et depuis, il est redevenu inspecteur. Dans un genre assez décalé vu son apparence qu'il ne cache plus. Il est comme il était. Point barre.  

Soi réel



Code du règlement: VALIDEY' o/
Pseudonyme: Rosalie
Comment avez-vous connu ce forum: J'y suis déjà avec Guy de Timée
Autre chose ?: Rien, a part que franchement, je me sens bien ici. Sinon je n'aurai pas fait ici, ce personnage bien spécial !



cette fiche a été codée par Orange de CSSActif

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yoshino Ryokucha
Personnel - Psychologue
Messages : 31
Date de naissance : 27/10/1988
Date d'inscription : 26/08/2016
Age : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Sep - 21:32
Re-Bienvenue à toi ! <3 Celui donc le fameux John !


Sudden Strawberry
Merci à Nils pour l'avatar !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hagun St John
Habitants - Inspecteur
Messages : 4
Date de naissance : 10/09/1982
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 35
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Sep - 21:49
Coucou Yoshino !

Eh oui ! Voilà le fameux St John. Un monstre ambulant XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Claude R. Black
Professeur de cuisine - Escorte
Messages : 43
Date de naissance : 16/07/1996
Date d'inscription : 25/06/2016
Age : 21
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Sep - 23:51


Fiche validée

Welcome !
Bon bah je te valide! Au plaisir de te voir rp, mais n'oublie pas d'être actif avec Guy aussi!


♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

• Aller recenser ton avatar
• Chercher un partenaire pour RP
• Ainsi que ton topic de relations
• Demander à avoir une habitation si personnel ou civils.
• Vas voir les explications des chambres ici.

© Aki Epicode



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» La Veuve Noire du Nord - Isaline Cerwyn
» La Veuve Noire
» [VIème Tournoi]16è de Finale: Veuve noire VS Alraune, l'ennivrante beauté vs l'envoutant Sorcier
» Ellvìra ∞ La Veuve Noire
» Resumé de New Order par la veuve Noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal love :: Administration :: “ Raconte ton histoire ” :: Habitants :: Fiches validées-
Sauter vers: