AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Le Quiver Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jusqu'à notre prochaine rencontre. (ft. Nils

avatar
Messages : 5
Date de naissance : 07/09/1985
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur




Steffen Knut
Habitant - Avocat
Lun 5 Sep - 16:33
Fin de semaine. Steffen descend prudemment les dernières marches de l’établissement, rejoignant, pass en main, le reste peloton dans leurs cabans. Une ultime politesse adressée à l’accueil et le voilà dehors, perdu dans un nuage de fumée et de rires gras. Ses nasaux et sa gorge s’irritent, il fait bonne figure, mais les maudits silencieusement. Son pas se presse alors vers le trottoir, pas assez rapidement cependant. Cette fois, il le sait, il n’y échappera pas.

« Où est-ce qu’il va ? Hey. Knut. On a quelque chose à fêter tu te souviens ? » Qu’il l’eut cru que les affaires d’hommes étaient aussi voir plus complexes que celles des femmes. La justice n’avait jamais été aussi sollicité que dans ce monde. Ou cette « anomalie » comme il aimait l’appeler. Il s’était égaré dans la matrice à sa mort et avait atterri dans ce non-sens avec 50 % de son ancienne vie. Et lorsqu’un gros cas arrivait à terme, il était coutume de célébrer les efforts de chacun. Une excuse que les gens « biens » se donnaient pour agir comme le dernier des imbéciles.

Le Quiver. Dans son imagination, l’enseigne lui déconseillait de passer la porte. De laisser là celui qui lui tenait pour lui éviter l’effort et faire son chemin. Derrière le petit groupe, il eu un moment d’égarement, oubliant qu’il n’était pas seul pour laisser transparaître son désappointement. Les paupières closent, la tête basse et un long soupire accompagnaient sa marche désabusée. En s’autorisant à balayer l’endroit du regard, il se rassura tout de même du soin apporter à l’intérieur. Un bar était par définition vulgaire, mais il devait l’avouer, certains avaient au moins le mérite d’avoir l’air un peu chic. Enfin, il ne pouvait pas non plus penser à y faire une dégustation de grands crus…

Sans raison, comme un spectre, l’image de Thyra surgit de nul part. Pris d’un inexplicable effroi, ses pupilles, ses lèvres et ses doigts suivirent dans sa panique et il accusa le coup en tournant sec des talons. « Non... » Se murmura-t-il nerveusement en retrouvant la porte. C’était sans compter le portier qui stoppa sa fuite en le retenant physiquement par l’épaule pour le contraindre à revenir participer à leur stupide -stupide !- fête. « Je viens de me souvenir que j’ai un tas de truc en retard... » Tenta-t-il en vain de négocier alors que la seconde suivante il se retrouvait assit sur le moelleux d’un canapé, sa serviette en cuir contre lui, aussi tendu que les cordes d'un instrument.

Il n’arrivait pas à en croire ses yeux. Que fichait son beau-frère au comptoir ?

Les individus se regardaient tour à tour, essayant de déterminer qui se lèverait en premier pour débuter leur tournée. Comme s’il voulait disparaître dans le pli son siège, Steffen cherchait surtout à éviter de se faire remarquer. Il ne pouvait pas décemment se rendre au bar. Il pouvait tout à fait vivre en faisant comme s’il ne l’avait jamais croisé ici, si Nils ne le remarquait pas. Croyant ou pas -à quoi croire quand on ne meurt pas vraiment ?- il priait pour que cela n’arrive surtout pas.

« -nut ? Knut ? Steffen ! » Ses yeux s’écarquillent sous une nouvelle vague de rires. « On te laisse y aller, t’as l’air d’avoir envie d’y faire un tour. » A force de le fixer comme ça, forcément qu’on allait se méprendre. Ces abrutis n’avaient rien compris ! Il bouillonnait.
« Ça ira. Je risque de me tromper dans la commande. » Une excuse qui passa crème. Faut dire qu’avec sa réputation de maladroit, on le croyait volontiers. Même si ce n’était pas très glorifiant, ça avait ses avantages parfois…Au final, un autre se porta volontaire.

Ce que Steffen avait sans doute oublié, c’est que quelqu’un allait devoir venir les servir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date de naissance : 13/02/1995
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur




Nils Erling
Gérant du Quiver - Barman - Habitant
Lun 5 Sep - 23:37
Le vendredi était toujours une grosse soirée. Fin de semaine, fin du boulot, fin de l'école, bref, tout le monde sortait boire une verre. C'était un peu moins bien que le samedi soir, mais restait une soirée assez chargée. Et ainsi était rentré un premier groupe de travailleurs acharnés à la recherche d'une bonne bière, une troupe de théâtre à ce que j'avais compris. Je voyais tant de personnes différents passer dans mon bar, chacun était une source de distraction potentielle. Les comédiens s'installèrent dans un coin, du coté des tables, fêtant une fin de répétition semblait-il. A peine l'un d'entre avait t-il finit de commander qu'une autre troupe arriva. Je n'y prêtait pas attention tout de suite, occupé à servir des bières. Mais un visage attira mon attention. Je ne pus que l'entrapercevoir, mais cela m'interpella assez pour que je stoppe mon mouvement -soit le remplissage d'une chope de bière- pour essayer de revoir ce visage. La troupe de ce qui semblait être des avocats partie s'asseoir sur le canapé, et la personne qui m'intéressait prenait bien soin de se planquer derrière les autres, enfoncée sur son siège.

Ce visage qui m’interpellait tant, je n'aurait jamais pensé le revoir ici. Après tout, que foutait mon beau-frère dans mon bar, dans un monde où tout le monde était mort ? Comment il avait fait son coup celui-là ? Et ma sœur, elle devenait quoi ? Je secouai la tête, reprenant mon remplissage de bière. Cela ne pouvait pas être lui. Je mettais ça sur le fait que j'avais sûrement envie de revoir un visage familier. Et puis un nom retint mon attention. « Knut » et « Steffen » répétés par un ami de l'homme en question. Et bien justement, plus de question possible. Un membre de son groupe vint alors commander les précieuses bières, but de tous ceux entrant ici.

En général, je ne servais jamais les clients en salle, c'était à eux de venir chercher leur commande au bar, mais pour une fois, j'allais faire exception à la règle. Je pris un des plateaux qui traînait sous le comptoir et installai chacune des bières dessus, avant d'aller rejoindre la table de ces messieurs, et surtout de ce monsieur qui m'intéressais tant. Se cachait-il parce qu'il m'avait reconnu ? Cela ne m'étonnerait même pas !

Il faut avouer que notre entente à l'époque était… inexistante ? J'étais en froid avec ma famille, qui ne trouvait pas mon choix de carrière à son goût, je ne la voyais plus que pour les repas de fête. Donc je vous laisse imaginer le nombre de fois où j'ai croisé ce cher beau frère, qui était pour moi comme le reste de ma famille, trop ambitieux et pète cul pour me comprendre.

Arrivé à leur table, c'est avec un grand sourire que je les servis, et vu la tête de ce cher Steffen, il était clair qu'il avait voulu m'éviter. Agréable avec les autres, je lui lançai qu'à lui seul un regard froid, lui faisant bien comprendre que j'avais compris son manège. Mais je ne dis rien, à part un « passez une bonne soirée » de mon ton enthousiaste habituel, avant de retourner derrière mon bar en vitesse, légèrement énervé. Énervé car je voulais en savoir plus. Lui seul pourrait me dire donner des dernières nouvelles de ma famille. Car même si j'étais en froid avec elle, c'était ma famille bordel ! Comment allait Thyra ? Allait-elle bien ? Était-elle morte elle aussi et je n'étais même pas au courant ? Bon, inutile de rêver, quelle est la probabilité qu'elle soit ici elle aussi.

Dans tous les cas, si cet avocat ne venait pas me parler au bar dans la soirée, il pouvait être certain que je le coincerai à la sortie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 5
Date de naissance : 07/09/1985
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur




Steffen Knut
Habitant - Avocat
Mar 6 Sep - 17:45
Alors que l’avocat vivait le plus gros moment de solitude de l’histoire, ses efforts pour acquérir l’invisibilité se dissipèrent à chaque regard, plaisanterie, tape dans le dos. Laissez le disparaître, enfin ! Les gêneurs, inconscient de ce qui se passait sur la scène secondaire, continuaient d’attirer l’attention de toute part. Son fessier et son dos, glissaient petit à petit, laissant couler son corps sous leur table. S’il en avait eu le courage, il serait aller jusqu’au bout et aurait fuit aussi rapidement qu’il ne s’était retrouvé assit là.

Vous parlez d’un bon moment ! Ce soir, il vivait un vrai drame et le pire c’est que la soirée ne faisait que débuter.

Encore emballé dans son manteau, les chaleurs de son embarras se mêlèrent à celles de ses trop nombreuses épaisseurs. Il suffoquait et en percevant le blond s’approcher de leur table, il sentit ses organes s’échapper. Le col de sa veste, relevé sur le bas de son visage, il fixait le bois vernis. Dans sa tête, impossible qu’il ne l’ait reconnu de cette façon. Son comportement était peut-être étrange, mais c’était presque trop important pour qu’il pense à soigner les apparences. En temps d’urgence, Steffen n’était pas du genre à garder la tête froide. Réfléchir rationnellement était une chose qu’il avait perdu dans sa chute mortelle.

Déglutissant en entendant raisonné le son de sa voix, et se souvenant donc au moment à quoi elle ressemblait, il ferma les yeux. S’il ne le voyait pas, alors lui non plus. Logique implacable.
L’erreur fût de relever la tête par réflexe quand sont verre lui parvint, décider à le remercier. Pourquoi ? La mère Knut avait eu la présence d’esprit d’inculquer à son fils les bases des règles de politesse. Brillante idée. Son « merci » resta cependant pendu à sa glotte, intimidé par un regard trop bavard.

Il était piégé à présent, ne pouvant plus nier le fait que le beau-frère décédé ait reconnu sa tronche de bourge.

Au fond, il ne savait pas trop ce qu’il craignait de cette nouvelle. Des souvenirs de Nils, il en avait quelques uns, mais aucun vraiment marquant. Contrairement à sa sœur, il n’était pas digne de son intérêt. C’était un type on ne peut plus banal qui ne voyait pas plus loin que son job de mixologue. A croire qu’elle avait hérité de tous les bons gênes pour ne lui laisser que les restes.
Ils ne s’appréciait pas sans ce détester pour autant. De cette conclusion, il n’y avait donc rien de si terrible à recroiser sa route, n’est-ce pas ? Pourtant, et pour parler vulgairement dans les bons termes, ça l’emmerdait.

Steffen n’était pas connu pour sa patience et il devinait que si les choses s’étaient déroulé de la même manière pour le blond que pour lui, cela faisait un moment qu’il était coincé ici. Résultat, il aurait sans doute envie de savoir ce qu’il s’était passé depuis sa mort, ou même des détails sur son enterrement, qui sait ? Ce qu’il se disait vraiment sur lui ou autre ragot croustillant qui dépassait le domaine de l’avocat.

Malgré cela, il n’aurait pas le choix.

Le départ de leur petit groupe s’était fait dans le désordre le plus total. Ses collègues ne savaient décidément pas se tenir, ou simplement tenir l’alcool qu’ils avaient ingurgité. On lui proposa de le raccompagner, mais constatant l’état déplorable de son chauffeur, il déclina l’invitation.
On ne pouvait pas faire plus sobre et alerte que Steffen à ce moment. L’idée avait fait son chemin dans sa tête pendant ces deux dernières heures et, il avait décider de prendre ses responsabilités -si on considérait que c’était de cela qu’il s’agissait-.

Le pas hésitant, il s’installa au comptoir sans un mot après s’être congédié du reste de la troupe. Ayant regagné une allure un peu plus digne, il l’observait servir les quelques clients, persistant encore à vouloir savoir quand est-ce qu’ils ne tiendraient plus debout.
La vérité, c’est qu’il ne pouvait pas se débiner. Fuir, c’était bon pour les lâche et il aimait penser qu’il ne l’était pas, ou pas complètement au moins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 52
Date de naissance : 13/02/1995
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur




Nils Erling
Gérant du Quiver - Barman - Habitant
Jeu 8 Sep - 21:24
J'avais passé la soirée à l'épier du coin de l’œil, pour m'assurer qu'il ne prendrait la fuite. J'exagérais sans doute, qu'aurais-je fait s'il était parti ? Je l'aurai regarder prendre la porte, sans un mot, sans doute fulminant d'être coincé au boulot, moi.

Son groupe partait au goutte à goutte, et je redoutai le moment où il suivrait ses camarades. J'étais curieux, je voulais savoir ce qu'il s'était passé après ma mort, et même s'il n'était pas la première personne de ma vie d'avant que j'aurais souhaité croiser, c'était une chance que je n'aurai pas une deuxième fois. La probabilité de le croiser ici était déjà tellement faible. Rien que le fait qu'il soit mort lui aussi relevait de l'improbable. Dans quoi s'était t-il fourré dans son ancienne vie pour passer à trépas ?

Au final, je fus assez étonné de le voir non pas partir, mais venir au s'asseoir au comptoir. Au moins, il n'était pas lâche. Il m'observait de son siège, alors que je servais quelques derniers clients. Rangeant quelques verres sales, je vins vers lui sans un mot. Je n'en menais pas large, tout comme lui. Par où commencer ? J'étais ici depuis trois ans, et je n'avais aucune idée de quand il est arrivé à son tour. Ni de ce qui lui était arriver.

« Le monde est petit, hein ? »


Je tentai un petit sourire, pour détendre l'atmosphère. Je n'avais pas grand-chose à lui reprocher, à part le fait d'avoir essayé de m'éviter tout à l'heure, mais il s'est repris, passons à autre chose. Je voulais essayer de partir sur de nouvelles bases avec lui. Bon, il était clair qu'on était pas non plus fait pour devenir les meilleurs amis du monde, mais au moins, on pourrait se dire qu'on a toujours quelqu'un là pour nous prouver que notre vie d'avant était bien réelle. Il était inutile de pleurer ou de se lamenter sur cette vie, j'étais déjà passé à autre chose. Et puis, on ne pouvait rien y faire. Mais l'oublier… Je ne le voulais pas, pas encore.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternal love :: Le Quiver-
Sauter vers: